Vous trouverez ci-dessous une présentation synthétique du projet DIAMS, projet européen auquel ATMOSUD a proposé à la Fédération de participer.

 Le projet DIAMS est un projet Européen, où ATMOSUD est partenaire pilote, dont l’un des objectifs est d’intégrer la qualité de l’air dans le quotidien de chacun (particuliers, entreprises, collectivités…), au même titre que les prévisions météo ou l’état du trafic. Dans ce cadre, 2000 micro-capteurs citoyens, PICTURE, seront répartis par ATMOSUD dès juin 2020 sur l’ensemble du territoire de Marseille Provence Métropole. 

Le micro-capteur, PICTURE, permet de suivre en temps réel l’évolution temporelle des particules fines en concentration en masse (µg/m3) pour les particules fines PM10, PM2.5 et PM1 (information sur notre site sur les particules fines sur le lien ici et sur les réglementations sur le lien ici). La technologie est basée sur la diffraction laser (théorie de la diffusion de Mie). Le dispositif est le boitier sur la photo qui accompagne ce courriel. Connecté au téléphone, il permet de visualiser sur un graphique les données et aussi de préciser la date et la position GPS (géographique) lors de votre mesure. Les capteurs sont donc mobiles. Les données sont aussi stockées dans la mémoire du téléphone lié.

 La Fédération avait demandé à ATMOSUD que lui soient attribués a minima 10 capteurs. Ayant largement évoqué ce sujet lors de notre dernier CA, il nous a paru nécessaire de disposer de davantage de capteurs. Suite à un nouvel échange téléphonique, ATMOSUD est prêt à nous en confier beaucoup plus que 10.

Nous pensons qu’il est essentiel que la Fédération des CIQ et ses CIQ jouent tous leur rôle dans ce projet et participent activement à cette campagne de mesures : elles seront très simplement transmises à ATMOSUD qui les intègrera dans ses études et pourra ainsi affiner le suivi de la pollution sur notre commune. 

C’est pourquoi nous demandons à chaque C.I.Q de bien vouloir désigner un correspondant volontaire qui assumera le relevé des données à partir de son propre téléphone portable, en se déplaçant éventuellement sur plusieurs lieux, couvrant ainsi plusieurs « points noirs de pollution » sur les secteur de son C.I.Q, par exemple les carrefours engorgés aux heures de pointe, son propre air intérieur ou encore les abords des écoles… 

Le C.I.Q. Pont de Béraud a désigné un de ses administrateurs pour participer à ce projet dans le cadre de notre FÉDÉRATION 

 

Laissez un commentaire


Réagissez à cet article

Vous devez posséder un compte pour publier un commentaire.

Si vous avez déjà un compte connectez-vous pour publier un commentaire.