E. L.  » Le cœur de notre quartier comprends 12 commerces et entre 15 et 20 professionnels de santé; il pourrait y avoir un laboratoire, un architecte, un avocat, un expert-comptable, un vétérinaire…mais il n’y a pas de locaux. Il faut noter que tous les professionnels ont l’obligation d’être accessibles aux personnes à mobilité réduite; les normes sont très précises et peu de locaux existants sont conformes. Il serait peut-être utile d’alerter les collectivités publiques d’agir dès les dépots de projet de construction afin de prévoir, d’inciter, de réserver , dans les zones d’activité comme la nôtre, des surfaces professionnelles adaptées au rez-de-chaussée de tout nouvelle construction. Il n’est plus possible d’utiliser un appartement pour travailler et recevoir du public; de même un professionnel du quartier devra partir si il ne peut pas trouver un local plus grand. Dans les plans d’urbanisation cette donnée paraît essentielle pour conserver une activité dans la périphérie des villes: sinon, elle partira dans l’hyper-centre, ou dans les zones commerciales et tertiaires, ce qui ôtera toute vie dans nos quartiers. « 

Laissez un commentaire


Réagissez à cet article

Vous devez posséder un compte pour publier un commentaire.

Si vous avez déjà un compte connectez-vous pour publier un commentaire.