Le titre est un message reçu d’un internaute via le site du CIQ.

Notre réponse:

Tout d’abord il faut être « Honnête avec vous, amis lecteurs, et réaliste pour nous CIQ »: s’ il s’avère qu’une démoustication est nécessaire dans notre quartier, sa réalisation est envisagée pour 2016 au plus tôt.

Deux types de campagnes de démoustication peuvent exister :

1/De confort – prévention- pour éviter des nuisances dues aux piqûres,

2/Sanitaire – traitement en réaction à une épidémie. (c’est l’Agence Régionale de la Santé qui gère)

Pour la démoustication de « confort »

A/ Des opérations de traitement par pulvérisations de B.T.I. sont réalisées dans le département, est-ce le meilleur traitement pour notre cas ?

(Bacillus Thuringiensis Israëlensis) Ce BTI est un larvicide d’origine biologique qui agit par ingestion.

La fréquence d’épandage et la mutation au produit et ses conséquences sur l’environnement doivent être très bien maîtrisées  au regard de toutes les sensibilités écologiques.

B/ De plus un suivi scientifique de l’impact sur la faune et  la flore doit être réalisé.

 Ce n’est pas parce que nous sommes « piqués » chez nous que les foyers de reproduction sont localisés chez nous. Il faut savoir que pour se nourrir un moustique femelle (ce sont elles qui piquent après l’accouplement) peuvent parcourir 30 km et plus !

C/ Il y a donc de la part des spécialistes à localiser et cartographier les foyers de larves, et là nous, CIQ,  sommes ignorants ! (à moins que nous trouvions des spécialistes dans le quartier, merci de nous rejoindre)!

Rien que A, B et C  vous indiquent le coût!

D’où l’interrogation: qui paye ?

et la lourdeur pour seulement déclencher une prise en considération du trouble et surtout trouver les bons interlocuteurs.

S’il n’y a pas d’épidémie et que cela devient du confort, c’est la perception de la gêne des habitants qui doit être prise en compte et construire un dossier pour démontrer que les moustiques sont une gêne pour les habitants; ce n’est pas évident.

Nous devons argumenter et être précis; seulement trois personnes nous ont écrit pour signaler cette nuisance

Aidez-nous ! (sur le site rubrique ECRIVEZ-NOUS ou par courrier = Président du CIQ, 64,avenue de Fontenaille 13100 Aix en Provence)

Vous devez réagir par écrit si vous êtes victime de cette nuisance.

Avec des précisions sur vos Nom et Prénom, adresse très détaillée, la nature des moustiques, combien de personnes habitent le foyer, etc.

Notre mairie de quartier (qui nous accompagne dans cette démarche),  la Ville, la CPA, l’ARS, le conseil départemental, la région, le syndicat mixte sont informés.

Ce problème doit être traité d’une manière globale et à l’échelle du pays d’Aix c’est ce que nous commençons à comprendre.

De plus la Torse et le Baret posent un problème dans la reconnaissance des propriétés foncières (domaine public et domaine privé) et  dans notre quartier ce serait plutôt du domaine privé.

CLIQUEZ ICI pour lire les définitions

Nous avons également demandé par le biais de la Fédération des CIQ aixois si d’autres quartiers ont les mêmes nuisances, nous attendons les réponses. (L’union fait la force)

Trois espèces courantes existent

  • Moustiques des « roubines » camarguaises

  • Moustiques des villes

  • Moustiques des campagnes

Mais un quatrième moustique est implanté en France depuis plusieurs années (2004) et il se développe rapidement dans notre région.

Le TIGRE

Ce moustique est reconnaissable par sa coloration plus contrasté noir/blanc

Il est actif dans la journée et au crépuscule.

Il pond ses œufs dans les eaux stagnantes (assiette à fleurs, contenant, gouttières etc…)

Pour répondre à la question de notre ami internaute:

Ce n’est pas parce-que le CIQ demande qu’il obtient satisfaction. L’argumentation, la construction technique du dossier présenté,  le soutien des habitants et les contacts font que nous arrivons bien souvent à une solution, mais il faut du temps.

Amicalement.  D. P.

Lire aussi l’article paru sur le site Internet de la Provence du 29 mai 2015  : ICI

5 Comments

  1. RIBE Marie-France

    Bonjour,
    Je vous réécris à ce sujet (ne me comptabilisez pas en plus !) qui me concerne malheureusement toujours autant.
    J’ai lu avec intérêt votre nouvel article (merci de ne pas avoir oublié ce sujet !).
    Les démarches A, B et C ont un coût important dites-vous… Mais quid des années antérieures à 2013 où nous étions beaucoup moins gênés ? Ne pourrait-on parvenir à savoir ce qui était fait avant et n’est plus fait depuis ? Nous demandons tout simplement que ce qui était fait avant soit à nouveau effectué !
    Marie-France RIBE, villa La Rivoise, impasse du Pont-de-Béraud, 13100 Aix (famille de 8 personnes dont 4 sont très affectées par ce problème – moustiques de différentes variétés).
    Nos voisins également sont extrêmement gênés, notamment :
    Patrick KLEIN, impasse du Pont-de-Béraud
    Michèle PIPIEN, idem.

    • Madame, merci pour l’intérêt que vous portez à ce problème. le CIQ et la mairie annexe et service Hygiène ne trouvent aucune trace d’opération de démoustication dans le passé pour la Torse et le Baret. Avez vous souvenir des années d’intervention ? Merci bq.
      le CIQ

  2. Le Camus Bernard

    Le secteur est donc envahi par les moustiques!…
    Nous habitons dans une résidence accolée au Parc Rambot, la terrasse privative de notre appartement au RDC est littéralement infestée par les moustiques qui nous empêchent de pouvoir vivre dehors comme nous le souhaiterions et en particulier le soir.
    Nous sommes obligés de fermer très souvent les baies vitrées de l’appartement.
    Cette information vous est communiquée pour étayer le dossier quant au traitement de cette nuisance…le plus rapidement possible…
    Amicalement,
    Bernard Le Camus le 30/05/2015

  3. Gilles

    Bonjour,

    Je viens seulement de découvrir cette discussion. Mais nous également très affectés. L’été dernier en particulier. Et avec l’hiver doux que nous avons qui ne suffira pas à tuer les larves je pense déjà aux nuées de moustique du printemps et de l’été à venir. Nous sommes 5 et mon fils aîné est devenu allergique aux piqûres de moustique. Quand il se fait piquer il gonfle et a de la fièvre, et nous devons le mettre sous antibiotique.
    Donc:
    1/ je suis très intéressé par les actions de démoustication qui seront prises au niveau municipal. C’est certainement un sujet qui dépasse notre seul quartier.
    2/ si quelqu’un peut nous faire part des traitements (pièges, produits, appareils…) qu’il a utilisé au niveau local avec succès contre les moustiques, je suis preneur !
    Merci
    Et bravo au CIQ pour tout ce que vous faîtes. C’est super.

  4. debruyne

    avez vous regarder les messages que je vous ai fait sur l installation de nouvelles techniques voir à sambusc
    Camargue: premier bilan des nouveaux pièges anti-moustiques au Sambuc
    En Camargue depuis quelques semaines on teste des pièges écologiques anti-moustiques. Une manière d’éviter les piqûres tout en préservant l’environnement. C’est sur la commune du Sambuc que l’on teste ce nouveau procédé contre les nuisibles. Premier bilan.
    Par Anne Le HarsPublié le 26/08/2015 | 11:04, mis à jour le 26/08/2015 | 11:04
    6
    Un piège à moustiques au Sambuc dans les Bouches-du-Rhône. © f3
    © f3 Un piège à moustiques au Sambuc dans les Bouches-du-Rhône.

    De grosses boîtes, des « home » disséminées dans la ville. A l’intérieur, un système imite la respiration humaine et diffuse un leurre olfactif rappelant l’odeur de la transpiration humaine. De vraies fausses informations qui attirent les moustiques femelles, le piège est direct. Le moustique se rapproche et se fait alors aspirer par la machine comme par un simple aspirateur.

    L’astuce réside dans ces deux réservoirs ; l’un contient du dioxyde de carbone sous forme liquide et l’autre des phéromones, ces substances chimiques émises par les animaux et les êtres humains. Le gaz et les phéromones sont diffusées dans l’atmosphère.
    Avec un traitement plus classique avec un insecticide comme le BTI, on élimine 80% des moustiques mais avec ce système dont un prototype avait été testé à la Tour du Valat, les premiers résultats affichent 70% d’insectes en moins.

    Ces pièges seront en fonction au Sambuc jusqu’à fin octobre. Un bilan de l’efficacité sera alors mené par les scientifiques du Parc de Camargue.
    Nous pouvons acheter ces appareils prix environ 1000 euros

Laissez un commentaire


Réagissez à cet article

Vous devez posséder un compte pour publier un commentaire.

Si vous avez déjà un compte connectez-vous pour publier un commentaire.