copie du courriel.

Nous n’avons pas communiqué ensemble ces derniers mois mais il est vrai que nous n’avions pas mutuellement semble-t-il d’informations fiables et certaines.
En effet il y a plusieurs mois maintenant la Mairie m’a envoyé un courrier pour me faire savoir que ma demande de mur de protection acoustique en bois et végétalisé était prise en compte par les services et que la solution technique retenue  me serait communiquée ultérieurement.
A ce jour je n’ai pas de confirmation officielle mais mes contacts à la mairie me confirment que nous devrions obtenir satisfaction et que les travaux s’étaleraient jusqu’à la fin de l’année. Pour donner satisfaction à tout le monde il aurait été décidé que ce mur serait bien créé mais que pour éviter l’effet « tunnel » il serait positionné derrière la voie piétonne et donc à plusieurs mètres de la chaussée.
Cependant il a été jugé quand même utile d’ériger le muret en béton d’1m10 pour soit-disant sécuriser la voie piétonne. Je suis plus que sceptique sur son intéret mais maintenant c’est trop tard .
Le plateau-ralentisseur a lui son intéret puisqu’il a permis de ralentir un peu la vitesse. Par contre la hauteur dérisoire du muret ainsi que le fait qu’il démarre bien après le virage de la montée vers la polyclinique (bruits de freins moteur et inversement d’accélération) fait qu’en l’état la protection acoustique n’est pas assurée puisque nous ne ressentons qu’un léger adoucissement.
C’est pourquoi nous comptons fortement sur un véritable mur anti-bruit et il sera important qu’il démarre dans le virage du parking provisoire pour être efficient.
Enfin des riverains m’ont fait remarquer qu’en définitive les pistes cyclables prévues n’avaient pas été réalisée et que désormais il n’y avait plus la place.
Personnellement, bien que cycliste, je pense que ce n’est pas dramatique puisque les vélos peuvent passer soit par la traverse du lavoir de grand-mère soit au niveau du collège du sacré-coeur, mais cela est révélateur de la priorité au « tout voiture ».
J’espère avoir été à peu près complet et avoir l’occasion très bientôt d’échanger avec vous.

le CIQ remercie notre interlocuteur pour cette « rapide » analyse de la situation. Il était « équitable » (beaucoup d’internautes ne regardent que l’esthétique) que nous donnions la parole aux premiers concernés, les habitants des ensembles immobiliers qui se trouvent de l’autre coté de la Torse. Pour eux, et nous pouvons le comprendre, c’est la diminution du bruit pour une vie plus « calme » en premier.

les informations de ce courrier n’engagent que l’auteur. Le CIQ rencontrera (une fois de plus) très prochainement la mairie sur ce dossier. Nous reviendrons rapidement vers vous pour information.

 

5 IMG_6496

IMG_6494

IMG_6498

3 IMG_6491

5 Comments

  1. DESPLATS

    je pense que la reflexion « tout pour les voitures » est de trop car étant moi même cycliste je constate trop souvent la non civilité des cycliste qui ne respectent jamais le code de la route (stop, feu rouge, sens interdit, etc…….
    Comme à STRASBOURG il serait temps de faire respecter le code de la route aux cyclistes et aux deux roues à moteur
    Quant au mur anti bruit, le respect des normes devrait suffir sans gaspiller de l’argent et surtout des impôts.

    • darrasse

      A cause du manque d’infrastructures propres aux deux roues les rares cyclistes sont obligés de s’adapter, parfois effectivement en contournant le code de la route, mais pour que leur moyen de locomotion reste intéressant. Chaque cycliste est un automobiliste en moins et contribue donc à amoindrir les difficultés de circulation.

  2. Thierry RENARD

    Bonsoir, c’est vrai que ces travaux n’en finissent pas et l’été n’a pas suffit; je m’inquiète pour l’esthétique c’est vrai, mais il faut dire que ce qui nous attend n’est pas rassurant: les solides fondations derrière la barrière en bois attendent certainement la pose de quelque chose de conséquent, le mur anti-bruit de l’autre coté coupera toute vue sur le vallon, les trottoirs très larges ne seront pas ombragés, et ce qui a été fait à grands frais ne donne déjà pas satisfaction pour l’aspect anti-bruit: rallonger jusqu’au parking « provisoire » ( chiche !) ne revient-il pas à effectivement isoler la Torse dans un « canal », ce qui ressemble étrangement à une quasi-couverture de ce ruisseau , peut-être la prochaine étape quand on s’apercevra que le lit ainsi caché deviendra la zone de tous les « dangers » . Quant aux vélos, la place des pistes cyclables a été sacrifiée aux protections déjà en place. Tout est trop tard, mais piétons (pas très nombreux ) et vélos auraient pu circuler coté Torse exclusivement sur une piste comme on en voit dans d’autres communes habituées aux cyclistes. C’est dommage qu’un si bel endroit ne soit ni fonctionnel, ni beau, alors que tout était là pour avoir l’équivalent de la rue René Cassin qui a été ouverte après les constructions de logements, école, crèche , sur les bords de la même Torse. Tant pis pour nous tous puisque visiblement peu sont satisfaits, j’espère qu’on sera plus cohérent pour empêcher de creuser un parking sous le Cours des Arts et Métiers, le fleuron des rues de notre quartier ; le patrimoine , le prestige de l’Ecole des AM, les racines d’arbres pas encore malades, les réseaux anciens qui circulent en dessous, tout va contre une telle idée. Madame Joissains qui est très efficace à propos du stationnement , et qui a toujours su faire coïncider justesse des emplacements des parkings, leur gabarit et leur impact dans l’environnement ne peut pas soutenir une telle folie, rassurez-moi ! A bientôt ce samedi ! Cordialement .

  3. Envoyé le 04/09/2015 à 22 h 53 min
    Bonsoir, attention: ce muret en béton brut type autoroute N’EST PAS le mur anti-bruit ! DEUX murs sont en attente, côté Torse au delà de la « voie piétonne », et coté Clinique sur les fondations en béton armé derrière la glissière en bois: attendons nous au pire. Cette voie sera un cas d’école pour une petite rue urbaine sans transports en commun : les habitants du RICM ne vont-ils pas en demander autant , puisque nous passons tous sous leurs fenêtres depuis plus de 40 ans sans vergogne.

    • darrasse

      Non, car la voie St Thomas est une création de voie routière et la Législation nouvelle s’applique pour l’avenir et impose la protection acoustique de ses riverains installés avant le projet de création de cette voie. C’est un progrès dans la lutte contre le bruit non incompatible avec l’esthétique pourvu qu’on s’en donne la peine et les moyens.

Laissez un commentaire


Réagissez à cet article

Vous devez posséder un compte pour publier un commentaire.

Si vous avez déjà un compte connectez-vous pour publier un commentaire.