Le quartier du Pont de Béraud est un quartier qui s’étire du Centre-Ville d’Aix (Cours Saint-Louis) et monte jusqu’au Grand Site Sainte Victoire en épousant la Vallée de Vauvenargues. Il abrite 10 000 habitants.

Deux axes routiers le caractérisent :

– L’axe historique : le Cours des Arts et Métiers (de 1770) et l’Avenue Sainte Victoire partent du centre d’Aix pour se rejoindre et devenir l’avenue Fontenaille, puis la RD10 qui traverse la vallée. C’est la voie royale des habitants, des promeneurs et touristes entre le Centre Ancien, les écoles, les sites cézanniens, les promenades, le Var et le bon air.

– L’axe de transit Nord/Sud, perpendiculaire au précédent est formé par les rues Pétrarque, Nostradamus et Aurientis reliant la Route des Alpes à la Route de Nice via la traverse du RICM et le Cours Gambetta. C’est la voie “pendulaire” où transitent de nombreux véhicules et où les fréquents bouchons entrainent une pollution de l’air notable. C’est un axe incontournable proche de la thrombose quotidienne !

Pour faciliter les accès à notre quartier, la Mairie a réalisé en 2017 la rue Saint Thomas de Villeneuve, créée “ex nihilo” dans les champs de Saint Thomas. Cette nouvelle voie permet le contournement du secteur Sacré-Cœur/Nostradamus de plus en plus encombré. Si sa configuration définitive est réalisée, ses abords restent à achever avec la construction d’un mur anti-bruit pour la protection des riverains de la Torse, le problème des parkings sauvages, l’entretien des espaces verts et la sécurité des piétons

Un mot sur le parking des Trois Bons Dieux, vaste (120 places) et élégant : Il fut créé il y a 10 ans à l’occasion de l’année Picasso-Cézanne. Doté de navettes, il permettait la visite des Carrières de Bibémus et du Château de Vauvenargues ouvert à cette occasion à des visites en groupes (fermé maintenant). Depuis, toujours gratuit et soigné, il est le point de départ de notre ligne de bus 6 et les lignes 21 (Saint Marc Jaumegarde) et 140 (Vauvenargues) le desservent également. Son implantation à l’entrée de ville (une des plus jolies d’Aix) s’avère particulièrement pratique pour se rendre en ville sans souci de stationnement ou dans la vallée aux fins de randonner. Malheureusement, il demeure relativement ignoré des usagers potentiels faute à l’absence de signalétique du territoire (panneaux, plans, dépliants) et donc, au détriment de la politique globale des transports et de la mobilité.

 

Deux ruisseaux (ici, on dit “rivière ») l’irriguent :

– Le Baret, peu visible descend de la vallée, traverse le quartier au pied de la colline de Bibémus entre les villas, et se jette dans la Torse au niveau du pont de l’avenue des Ecoles Militaires au début de l’avenue Villemus,

– La Torse, plus importante, vient du vallon des Pinchinats, descend vers l’Arc et coupe l’avenue Fontenaille près de Lycée Cézanne en créant une coulée verte naturelle, véritable poumon de fraîcheur de notre quartier et lien piétonnier naturel vers les quartiers voisins.

 

Un quartier résidentiel et scolaire

Ce quartier est résidentiel, au sens où il n’y a ni zone commerciale, ni zone industrielle ; Heureusement, des commerces de proximité, des professionnels indépendants, des services publics et privés, un marché, et beaucoup d’établissements scolaires donnent une jeunesse certaine à nos rues et jardins.

Sa situation géographique contrainte par les deux espaces boisés protégés, Tour César ou Keyrié et Bibémus, l’a heureusement protégé de projets immobiliers importants et ainsi, lui a permis de garder un charme et une qualité de vie certains à deux pas du centre-ville.

Le secteur autour du parc Rambot présente un fort aspect urbain avec ses rues bordées d’immeubles et d’écoles. Il conserve cependant un charme unique dû à cet îlot de verdure incomparable et majestueux qu’est le parc.

L’Ecole des Arts et Métiers, fleuron du quartier avec ses 3 hectares, ses bâtiments et ateliers et bien-sûr, ses étudiants reconnaissables entre tous amène une joyeuse animation lors de mémorables soirées !

Un peu plus haut, le secteur de la Croix-Rouge, du Centre de Dialyse, de la Clinique Rambot (sur le départ, en 2019/2020) et du Parking Rambot semble en attente d’un projet de qualité architecturale digne de son emplacement exceptionnel, en face du Parc et en bordure du Cours des Arts et Métiers.

Avenue Sainte Victoire et en lisière de l’avenue Zola, un site technique de l’EDF, utile, indispensable mais coupable de nuisances sonores et visuelles pour les nombreux riverains demeure en attente de la réalisation des projets prévus pour en atténuer les défauts.

Entre le Parc Rambot et le Lycée Cézanne, après les hauts murs du Collège du Sacré-Cœur, un espace assez austère pourtant requalifié il y a peu, installe artificiellement une rupture entre ville et campagne : Saint Thomas, à la fois lieu de culte, maisons de retraite et centre de soins, mériteraient cependant que cette partie de l’avenue Fontenaille redevienne le lien entre le Cours des Arts et Métiers et le pont de Béraud. Ce grand carrefour avec la Rue Saint Thomas de Villeneuve a installé un vide regrettable pour longtemps, là où des alignements d’arbres auraient tout simplement et tout naturellement raccroché ce quartier à la ville.

Plus loin, après le pont, la boucle constituée par le chemin et l’avenue de Beauregard et le bas du chemin de Repentance, utilisée par la ligne 6 / 141, évolue de plus en plus vers un aspect résidentiel grâce à de nouveaux programmes immobiliers de taille raisonnable en remplacement des anciennes villas. Cette avenue bordée d’écoles, d’une crèche, de stades, de jeux d’enfants, d’un square très soigné, de professionnels de plus en plus nombreux, d’associations dynamiques et de commerces, tout cela au soleil et dans un cadre végétal que nous avons vu s’étoffer depuis 30 ans (alignements d’arbres, ronds-points plantés) est une belle réussite à respecter et à développer.   

L’avenue Fontenaille (Jean et Marcel, fusillés par les nazis), bordée d’un côté de platanes centenaires et de l’autre de villas des années 30 constitue notre axe central, mais néanmoins étroit ; difficile de faire évoluer cette voie très fréquentée car l’urbanisation s’étend tranquillement dans la vallée. Nous espérons qu’une urbanisation très maîtrisée n’engorgera pas plus un quartier sans autre issue possible que cette avenue. L’aqueduc impose son gabarit et rappelle l’irrigation passée et le nom de Zola, créateur du canal partant du barrage du même nom.

 

Des sites historiques comme :

Le Parc Rambot, trésor naturel ancien sous lequel les nappes phréatiques et canaux nourrissent les fontaines du centre ancien et les alignements historiques des platanes du Cours des Arts et Métiers, du Cours Saint Louis, et bien sûr des plantations en aval. Il fut légué à la ville en 1859 par Gustave Rambot pour demeurer un lieu de détente pour les aixois, et particulièrement pour les jeunes scolarisés des alentours. Sa proximité avec le centre ancien en fait un atout vert unique et reposant très prisé. Son hectare et demi en fait le deuxième parc aixois, ce dont nous sommes fiers.

Le Pont de Béraud a donné son nom au quartier : il franchit la Torse et reste le point obligé de toute la vie du quartier et de toute la vallée ; il avait d’ailleurs été dynamité à la dernière guerre pour couper toute circulation et freiner l’arrivée des libérateurs (21 aout 1944). Trottoirs étroits et chaussée en courbe n’empêchent pas une fréquentation soutenue par piétons, vélos, voitures, bus et camions. Une végétation assez sauvage en contre-bas lui confère un air bucolique. L’esplanade arborée du Lycée qui le jouxte et le petit espace vert le long de la Torse proposent un lieu de détente pour les lycéens.

La Mairie Annexe du Pont de Béraud, bien discrète derrière notre supermarché, a pris la place de l’ancien Club-House du club de tennis AUC qui existait ici il y a 30 ans.

L’Eglise Saint-Jean-Marie Vianney, Avenue Fontenaille, occupe depuis les années 60 l’ancien dancing de notre quartier.

Les chemins de traverse : Sortir du quartier sans utiliser l’axe principal n’est guère chose aisée ! En voiture, on peut rejoindre la route des Alpes par le chemin Mouret ou par le Vallon des Lauriers, étroits mais au double sens indispensable. Seule la civilité des conducteurs permet une bonne utilisation de cette voie. A pied, la traverse Cortésine et la rive droite de la Torse, en attente d’aménagements plus confortables et sécurisés, permettent de rejoindre le très réussi Parc de la Torse ; c’est ce que l’on appelle ” la coulée verte”, porte d’entrée d’un éventuel Grand Parc de la Torse traversant les quartiers EST.

Tour de la Sainte Victoire : en continuant la route vers Vauvenargues, on rejoint le Var par Rians ou l’on se dirige vers Jouques ; dans les 2 cas, itinéraires remarquables. C’est également la seule voie pour accomplir le tour de la Montagne Sainte-Victoire.

 

Des sites remarquables :

les carrières de Bibémus, en haut du chemin de Bibémus, accès réglementé, rendues célèbres dans le monde entier par les peintures de Paul Cézanne.

Le plateau de Bibémus ou du Marin, permet d’accéder au barrage Zola puis plus loin au barrage Bimont. Le chemin Escrachepevou, très ancien, est le chemin historique pour accéder à ces lieux magnifiques sinon, par le chemin de Bibémus pour une approche motorisée mais au stationnement limité.

La Tour de Keyrié, chemin de France, sur l’autre versant.

Le Pavillon de Trimond, XVIII°s, classé, bien caché à côté du Lycée.

La Pyramide de la Peste (dans une propriété privée) 1720, sous le pylône de la traverse du lavoir de grand-mère.

Ce quartier fut traversé par le Marquis de Vauvenargues qui défendit de son mieux les aixois lors de la peste en 1720. Il obtint ainsi ce Château au bout de la vallée et son fils devint le fameux Moraliste, ami de Voltaire.

Puis Picasso arpenta ces rues pour se rendre à Bibémus, sur les pas de Cézanne, et devint propriétaire du château de Vauvenargues en 1958 et où il fut inhumé à côté de Jacqueline Roque, sa femme. Un musée Picasso est en projet en ville, ce qui constituerait un attrait culturel de qualité pour notre vallée, véritable « Axe Picasso ». 

 

De nos jours, 3 lignes de bus desservent ce quartier (6/141, 21, 140), des parkings le ponctuent, des Trois Bons Dieux à l’Est, à la Place Bellegarde en passant par le Lycée Cézanne, les Restaurants du Cœur, les Lavoirs au bord de la Torse et le Parking couvert Rambot à 10 mn du Centre. Des pistes cyclables encore embryonnaires et des trottoirs pas toujours ombragés permettent enfin un accès direct au centre.

En résumé, notre quartier est un trait d’union historique, culturel et vert entre le centre d’Aix et la célèbre montagne Sainte-Victoire, un quartier de douceur de vivre et de jeunesse.